Lorsque les taux d’intérêt sont accessibles et que les loyers sont élevés, l’achat d’une propriété à revenus devient attrayant. Êtes-vous prêt à faire le grand saut ? Après cinq ans à acquérir des plex à Montréal-Nord et à Ahuntsic, Ritza Vieux nous fait part des hauts et des bas de la vie de proprio.  Ce texte

5 octobre 2020

L’intérêt des acheteurs potentiels vis-à-vis du marché du logement demeure stable comparativement à l’an dernier à la même période, mais la COVID-19 a bouleversé leurs attentes ainsi que leur choix en matière de localisation, indique BMO. Dans un sondage, l’institution financière relève en effet que si la pandémie affecte bel et bien l’expérience et les attentes

30 septembre 2020

LIRE LA SUITE ICI…. 80% des acheteurs d’une propriété ont placé en tête de liste le prix et l’abordabilité comme principaux critères. C’est la principale conclusion qui se dégage de l’Enquête auprès des emprunteurs hypothécaires (EAEH). Le nombre de pièces ainsi que  la proximité des transports en commun  suivent comme facteurs déterminants. Selon les 1385

21 novembre 2019

JOURNAL DE MONTRÉAL «Alors que le prix des maisons augmente, l’inflation continue d’augmenter et le taux d’intérêt monte, nous pouvons voir que plusieurs Canadiens ont, en quelque sorte, abandonné l’idée d’avoir une maison», a indiqué le vice-président des affaires publiques à Ipsos, Gregory Jack, en entrevue à Global News. LIRE LA SUITE ICI

2 mai 2022

Immobilier

La hausse des prix de l’immobilier résidentiel tire à sa fin, avance l’APCIQ La poussée de prix de l’immobilier résidentiel de 17% observée en mars dans la grande région métropolitaine tire à sa fin, estime l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). L’organisme remarque que les prix ont encore progressé de façon «vigoureuse». .

7 avril 2022

Le faible inventaire de maisons disponibles maintient toutefois l’ébullition du marché Le boom immobilier des deux dernières années connaît un ralentissement en termes de ventes au Québec depuis quelques mois, LIRE LA SUITE ICI

28 mars 2022

Le prix des maisons unifamiliale dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec a connu une hausse de 15 % et celui des copropriétés de 9 %, en 2021, selon les données les plus récentes fournies par l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). par PAUL-ROBERT RAYMONDLe Soleil LIRE LA SUITE ICI

13 janvier 2022

Comme vous l’avez sans doute aussi remarqué, l’augmentation effrénée du prix des maisons au Québec depuis près de deux ans est l’un des sujets qui reviennent fréquemment dans les divers médias d’actualité. Alors que 2021 tire à sa fin, j’ai eu envie d’approfondir le sujet. LIRE LA SUITE ICI

5 janvier 2022

Le marché immobilier, principalement dans les grands centres, est en surchauffe depuis plusieurs mois. Les propriétés se vendent rapidement et à un prix élevé. Pour estimer si le prix de vente affiché est juste par rapport à la valeur de la propriété, plusieurs ont tendance à se fier à l’évaluation municipale. Est-ce un bon indicatif? 

15 novembre 2021

Vous êtes plusieurs à vous demander s’il est encore profitable d’acheter un condo propriétaire-occupant en 2021 au Québec. Ma réponse est oui, à condition de ne pas négliger certains aspects pour en assurer sa rentabilité. 1. Vérifiez l’état financier de l’immeuble. Demandez à voir les derniers états financiers, vous pourrez ainsi évaluer la santé financière

27 octobre 2021

CHRONIQUE de Gérard Bérubé LEDEVOIR (23 octobre 2021) L’autre pénurie, celle de l’offre de propriétés résidentielles, nourrit une hyperinflation des prix de l’immobilier dont le rythme de croissance pourrait tout au plus ralentir l’an prochain. Cela ne vaut toutefois qu’en l’absence d’une hausse plus forte que prévu des taux hypothécaires. L’accès à la propriété, lui,

26 octobre 2021

METRO Jules Couturier 13 octobre 2021 à 10h52  Pandémie a aussi rimé avec surchauffe immobilière. Mais y a-t-il un espoir que ça (re)devienne «achetable» pour les futurs propriétaires? Enfin des réponses.  On est actuellement témoin «d’un déficit d’offre phénoménal que l’on n’avait jamais enregistré au cours des 30 dernières années», indique Charles Brant, le directeur du service de l’analyse du marché à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), pour

18 octobre 2021

Depuis 2018, bon nombre de villes québécoises ont doublé le taux maximal s’appliquant aux droits de mutation immobilière. Un coût de plus à absorber pour les propriétaires à un moment où le logement s’impose comme un enjeu des campagnes municipales. À Longueuil, les recettes annuelles provenant de la « taxe de bienvenue » sont passées de 20

5 octobre 2021