Une maison de 441 000$ trouve preneur après une surenchère

DAVID DESCÔTEAUX

Samedi, 30 mars 2024 00:00

MISE À JOUR Samedi, 30 mars 2024 10:53

Malgré la hausse des taux d’intérêt et la difficulté de payer l’hypothèque pour un nombre croissant de propriétaires, la folie immobilière se poursuit et les vendeurs ont toujours le gros bout du bâton.

• À lire aussi: Pourquoi n’avez-vous plus les moyens de vous acheter une maison?

• À lire aussi: Marché immobilier: la surenchère se poursuit

• À lire aussi: Des courtiers immobiliers vendront-ils votre maison pour 1%?

Vincent Theoret et sa conjointe ont décidé de vendre la maison familiale, située sur la rive sud de Québec, après leur séparation. Après avoir discuté avec leur courtier, la stratégie était la suivante: afficher un prix légèrement en dessous de celui du marché afin de recevoir plus d’offres et plus de visites.

«Mais on a eu sept visites la fin de semaine suivante et deux offres le dimanche soir, à des prix supérieurs à celui demandé. On demandait 429 000$ et on a eu 441 000$», dit Vincent.

Les deux acheteurs potentiels leur ont même laissé décider de la date de prise de possession et n’ont imposé aucune condition.

«C’est encore un marché de vendeurs. Peut-être pas autant que ça l’a déjà été, mais notre maison, il n’y en a pas beaucoup des biens entretenues comme ça. Ce qu’il reste sur le marché, c’est souvent soit des propriétaires qui étaient fumeurs et ça pue épouvantablement, ou d’autres qui ont beaucoup de rénovations à faire en rentrant», dit cet analyste informatique âgé de 50 ans.

Encore des offres multiples

La situation ne surprend pas Marilou Côté, courtière immobilière sur la Rive-Nord de Montréal. «Je suis en offre multiple encore sur tout ce que je vends. Je viens d’avoir 13 offres pour une maison à Laval qui a pourtant des problèmes de pyrite. Elle va quand même se vendre au-dessus du prix demandé par mon client. Les gens parlaient de marché équilibré, mais c’est encore vendeur», dit-elle.

Le coût élevé des loyers, entre autres, contribue à pousser les gens vers l’achat d’une propriété, dit-elle.

Même avec un gros salaire

Du côté des acheteurs, même les plus fortunés doivent se serrer la ceinture. Daniel Couture et sa conjointe font un salaire combiné de 300 000$ et devront quand même revoir leur train de vie à la baisse, après avoir acheté leur cottage à Boischatel.

«Ça fait deux ans qu’on regarde pour une unifamiliale détachée. Vu que le marché était en feu, on a décidé d’attendre. Les prix sont maintenant plus stables, mais ils sont quand même plus élevés qu’avant», dit-il.

Ils ont finalement payé 462 000$, alors qu’ils visaient un prix maximum de 400 000$. «On a les moyens, c’est sûr, mais avec les taux d’intérêt élevés, les dépenses discrétionnaires comme les voyages ou les loisirs vont devoir être reportées», dit-il.

Selon les plus récentes données de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec, le prix médian pour une maison unifamiliale et un condo dans la province sont toujours en hausse, soit de 5% et 3% respectivement par rapport à l’an dernier.

Autres articles pouvant vous intéresser
Renouveler votre hypothèque: taux fixe ou taux variable?
Achat propriétéHypothèqueImmobilierNouvelles
Renouveler votre hypothèque: taux fixe ou taux variable?
25 mai 2024

Par Carole Le Hirez 23 mai 2024 Le taux variable vous permet d’économiser quand les taux diminuent. Mais le taux fixe de courte durée est avantageux en période d’incertitude. Alors, lequel choisir ? Comparez vos options en tenant compte de vos besoins et de votre niveau de tolérance au risque. Plusieurs économistes pensent que la Banque

Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
Achat propriétéImmobilierNouvellesVente propriété
Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
18 mai 2024

(Ottawa) Le nombre de ventes résidentielles en avril a augmenté de 10,1 % par rapport à la même période l’an dernier, selon l’Association canadienne de l’immobilier (ACI). Le nombre de propriétés ayant changé de main a toutefois diminué par rapport au mois de mars, malgré un afflux de nouvelles inscriptions sur le marché.Mis à jour le 15 mai SAMMY

Laissez-nous un commentaire