Non classé

Pour éviter une bulle immobilière, le gouvernement fédéral songerait à augmenter le pourcentage de mise de fonds et à réduire à 20 ans la période d’amortissement. Quels seraient les répercussions sur les propriétaires de résidences ?

Le quotidien torontois Financial Post affirmait cette semaine que le gouvernement fédéral mène des consultations pour relever la mise de fonds minimale exigée pour l’achat d’une propriété (actuellement de 5 %) et pour imposer des restrictions à l’achat de propriétés coûteuses.

Réduire la période d’amortissement de 25 à 20 ans « aurait un impact majeur », affirme Denis Doucet, directeur de Multi-Prêts. Pour une hypothèque de 250 000 $, par exemple, « ça peut vouloir dire un paiement supplémentaire de 200 $ par mois ».

Une telle mesure freinerait l’accès à la propriété, selon le spécialiste : « Pour les premiers acheteurs, ça va devenir assez complexe de pouvoir se qualifier. »

En ce qui concerne la mise de fond, Denis Doucet croit que le fédéral tente de dégonfler les bulles immobilières de Toronto et de Vancouver. « Ces deux marchés sont particuliers au Canada, ils ont vécu des chutes et des hausses de prix significatives », dit-il. « Sur le marché québécois, ça n’aura pas d’impact majeur. »

Baisse des taux

À court terme, des propriétaires profiteront de la baisse du taux directeur annoncée mercredi par la Banque du Canada.

Quelques banques à charte ont emboîté le pas cette semaine en réduisant leur taux préférentiel de 10 ou 15 points de base, ce qui signifie une réduction de paiement d’environ 12 $ par mois pour une hypothèque de 250 000 $ amortie sur 25 ans.

Par exemple, un prêt de 250 000 $ amorti sur 25 ans, au taux de 2,15 %, coûte 1 076,81 $ par mois. Le même prêt au taux de 2,05 % coûtera 1 064,67 $ par mois, soit une réduction 12,14 $ par mois.

« Pour le taux variable, s’il y a une baisse de 0,10 % ou 0,15 %, on parle d’économies de 140 $ ou 145 $ par année », commente Denis Doucet. « Ce n’est pas beaucoup. Il est suggéré de laisser le paiement au même montant et de rembourser en capital, ce sera plus rentable. »

Autres articles pouvant vous intéresser
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
Non classé
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
27 janvier 2024

Publié le 24/01/2024 à 14:30 Les Affaires L’immobilier simplifié Malik Yacoubi EXPERT INVITÉ. Entre l’inflation carabinée et la hausse du taux directeur (et donc des taux d’emprunt) qui s’en est suivie, la marge de manœuvre financière de nombreux ménages a été grandement affectée au cours de la dernière année. Tout coûte plus cher, les salaires suivent

Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
Non classéNouvelles
Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
1 octobre 2020

Malgré la COVID-19, les prix des maisons de luxe ont bondi depuis le début de la pandémie à Montréal, davantage qu’à Toronto et Vancouver, selon une étude de Royal LePage publiée mardi.  En comparant le prix médian du 15 mars au 9 septembre de cette année par rapport à l’an dernier, la firme immobilière a

LES TERRITOIRES SCOLAIRES SUR CENTRIS
Non classé
LES TERRITOIRES SCOLAIRES SUR CENTRIS
6 mars 2019

LES TERRITOIRES SCOLAIRES SUR CENTRIS Le territoire scolaire est souvent un critère important pour les familles qui cherchent une propriété. Il est désormais possible d’obtenir l’information en quelques clics lorsqu’on navigue sur la plateforme Centris. Après avoir rendu disponibles différentes informations liées au style de vie d’un quartier, Centris, qui regroupe les propriétés à vendre

Laissez-nous un commentaire