Les ménages québécois ont augmenté leur niveau d’endettement, mais leurs actifs encore davantage, de sorte que leur ratio reste très sain, révèle une étude de Desjardins.

«Souvent on regarde juste la dette, et ça crée un sentiment d’insécurité chez les gens. Mais il faut tenir compte des actifs : de dette, la maison devient un avoir important. Et les actifs des ménages ont davantage augmenté que leurs dettes. C’est un bon signe», dit Hélène Bégin, économiste chez Desjardins et auteure de l’étude.

Selon les données de l’enquête Ipsos Reid pour le Québec, les dettes de l’ensemble des ménages sont passées en moyenne de 40 000 $ en 2000 à 80 000$ en 2015.

L’endettement a augmenté dans tous les groupes d’âge, mais la croissance a été plus importante chez les jeunes. Les emprunts des ménages de moins de 35 ans, qui se situaient autour de 50 000 $ en moyenne il y a quinze ans, ont grimpé à près de 125 000 $ l’an dernier.

Par
Laissez-nous un commentaire