Cônes orange à l'infini, détours impromptus, embouteillages permanents: la situation est devenue si critique sur les routes qu'un quart des Québécois seraient prêts à accepter une baisse de salaire de 10 000 $ pour réduire leur temps de déplacement entre la maison et le travail, a-t-on appris récemment.

Les jeunes de 18 à 34 ans - les Y - sont encore plus sensibles à ce sujet. Le tiers d'entre eux seraient prêts à voir leur salaire amputé pour gagner du temps, selon l'enquête CROP menée l'été dernier pour le compte de l'Ordre professionnel des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

Cette logique s'applique aussi au moment d'acheter une propriété, si l'on se fie à un sondage mené par Environics pour le compte de la Banque TD.

Selon cette enquête, dont les résultats ont été publiés cette semaine, 48 % des jeunes de la génération Y affirment être prêts à payer leur maison plus cher pour se rapprocher de leur lieu de travail. C'est nettement plus élevé que pour l'ensemble des Canadiens (34 %).

Par

Laissez-nous un commentaire