Le Canada est entré en récession. Du moins, sur une base technique.
«Si on s'en tient uniquement à la définition théorique d'une récession, soit deux trimestres consécutifs de recul du PIB réel, force est de contaster que l'économie canadienne a vraisemblablement connu une récession technique en première moitié de 2015», écrit Benoit P. Durocher, économiste principal chez Desjardins.
Le produit intérieur brut ( PIB) réel a été en baisse pour un cinquième mois consécutif en mai au Canada, diminuant de 0,2%, en raison des reculs dans les secteurs de la fabrication, de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction pétrolière et gazière et dans le commerce de gros.

Le secteur de l'extraction minière, de l'exploitation en carrière et de l'extraction de pétrole et de gaz a connu une septième baisse consécutive, cette fois de 0,7%.

Dans le secteur de l'extraction de pétrole et de gaz, on a constaté un repli de un pour cent, attribuable à une baisse dans l'extraction de pétrole et de gaz naturel par des méthodes classiques. L'extraction de pétrole par des méthodes non classiques a également connu un recul, ajoute Statistique Canada.
La production manufacturière a également reculé de 1,7%, après un mois d'avril à stagner.
Tandis que le commerce de détail a légèrement augmenté, de 0,5%, le commerce de gros a chuté de 1,6%.
D'après le rapport de Statistique Canada sur le PIB par industrie, le secteur de l'hébergement et des services de restauration a progressé en mai, de 0,9%, parallèlement à une hausse du tourisme. Celui de la construction a été en hausse de 1%.
Juin permettra-t-il d'éviter la récession?
Pour éviter la récession technique, le Canada devrait avoir affiché en juin un PIB réel par industrie de 1% ou plus, souligne l'économiste de Desjardins. Or, un gain de cette ampleur n'a été observé qu'à deux reprises depuis le début où les données sont compilées, soit en juillet 1997 et en septembre 2003. «Il serait très étonnant que l'économie canadienne soit en mesure d'accomplir cet exploit en juin, considérant les problèmes qui affectent encore la production, en particulier au sein du secteur énergétique», écrit M. Durocher dans une note.
Plus tôt cette semaine, l'institut C.D. Howe affirmait qu'il est trop tôt pour déclarer que l'économie du pays était entrée en récession, notamment en raison de la progression du marché du travail, rappelle M. Durocher.

Par
Laissez-nous un commentaire