La tour de 30 étages, proposée sur le site de l'Actuelle Maison Alcan, entraînera la destruction de certains édifices patrimoniaux.

La Maison Alcan pourrait faire l’objet d’un vaste projet de redéveloppement immobilier, qui changera de façon draconienne le visage du Mile Carré Doré.

On sait depuis un bon moment que Rio Tinto Alcan déménagera ses pénates en 2016 dans la nouvelle Tour Deloitte, juste au sud du Centre Bell.

Or, un nouveau projet majeur a été élaboré pour le site de l’actuelle Maison Alcan. En catimini, déplorent plusieurs citoyens et urbanistes dans cet article de The Gazette.

Sans faire de bruit, le projet mené par les nouveaux propriétaires du complexe –incluant le Cirque du Soleil– a déjà franchi plusieurs étapes réglementaires.

Par exemple, un registre qui aurait permis aux résidants du quartier de demander un référendum sur le projet a été ouvert au plus fort de la saison des vacances.

En date de vendredi, aucun citoyen n’avait encore signé le registre, indique The Gazette. Les intéressés ont jusqu’à ce soir pour apposer leur signature.

L’arrondissement de Ville-Marie a aussi diffusé un petit avis pour inviter les citoyens à une séance de consultation le 25 juin dernier, qui a attiré un grand total… de zéro participant!

(L’arrondissement dit avoir respecté toutes ses obligations en publiant un avis suivant sur son site web et dans Le Devoir.)

***

Selon les opposants au projet, le gratte-ciel proposé sur le site est trop haut et trop massif par rapport aux bâtiments environnants.

Les promoteurs devront obtenir une dérogation pour pouvoir construire jusqu’à 120 mètres, dans cette zone partiellement limitée à 65 mètres.

Les détracteurs déplorent aussi le démantèlement de la Maison Alcan, constituée d’une série d’immeubles modernes et patrimoniaux finement reliés entre eux.

Le complexe, inauguré en 1983, était considéré comme un exemple d’intégration architecturale réussie.

Malgré la grogne de certains, bien des éléments du projet restent “up in the air”, comme diraient les résidants du Mile carré doré.

Même s’il obtient toutes les autorisations requises, rien ne garantit qu’il ira de l’avant.

Rappelons-nous le projet de la Maison Ogilvy, situé à quelques coins de rue de là.

Ce mégaprojet de 150 millions a été mis au rancart en 2013, alors que l’hôtel de la Montagne avait déjà été détruit et que le restaurant Thursday’s s’apprêtait à passer sous le pic des démolisseurs.

Le projet a été fortement modifié depuis, et restent ponctué de plusieurs points d’interrogation.

Bref, un nouveau feuilleton immobilier à suivre avec intérêt au cours des prochains mois.

Par
Laissez-nous un commentaire