CHRONIQUE de Gérard Bérubé LEDEVOIR (23 octobre 2021)

L’autre pénurie, celle de l’offre de propriétés résidentielles, nourrit une hyperinflation des prix de l’immobilier dont le rythme de croissance pourrait tout au plus ralentir l’an prochain. Cela ne vaut toutefois qu’en l’absence d’une hausse plus forte que prévu des taux hypothécaires. L’accès à la propriété, lui, est appelé à se détériorer davantage.

LIRE LA SUITE ICI

Laissez-nous un commentaire