Depuis 2018, bon nombre de villes québécoises ont doublé le taux maximal s’appliquant aux droits de mutation immobilière. Un coût de plus à absorber pour les propriétaires à un moment où le logement s’impose comme un enjeu des campagnes municipales.

À Longueuil, les recettes annuelles provenant de la « taxe de bienvenue » sont passées de 20 à 30 millions depuis 2018. Les entrées d’argent sont en hausse à Laval, Sherbrooke, Trois-Rivières, Montréal et dans nombre de villes de plus petite taille.

LIRE LA SUITE ICI

Laissez-nous un commentaire