«On revient à un marché un peu plus équilibré» François Gagnon, chroniqueur économique

Après la folie furieuse du temps de la COVID, des prévisions affirmeraient que la valeur des maisons pourrait être à la baisse dans les prochains mois. Une situation plutôt normale, selon François Gagnon.

Lors de son segment économique dans l’émission Même le week-end, avec Élisabeth Crête, le chroniqueur expliquait que celles-ci étaient vraies, mais que cette diminution, dans le milieu immobilier, ne serait pas aussi importante qu’on le pense.

« Il y a eu une folie furieuse, il y a eu de la surenchère et, malheureusement, il y en a qui ont peut-être payé leur maison un petit peu trop chère pendant cette période là. Donc, on revient à une espèce de marché un peu plus équilibré. »

François Gagnon, chroniqueur économique

Il affirmait, tout de même, que l’abordabilité demeurait relativement haute.

« Ça devient très difficile pour un premier acheteur de pouvoir mettre la main sur une maison si tu n’as pas le “cash” nécessaire, donc la mise de fonds nécessaire pour être capable d’accéder à la propriété. »

L’agente immobilière et co-animatrice de l’émission Les dessous de l’immobilier, Mélanie Bergeron, s’est aussi prononcée sur la situation, au micro d’Élisabeth Crête.

LIRE LA SUITE ICI

Autres articles pouvant vous intéresser
Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
Achat propriétéImmobilierNouvellesVente propriété
Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
18 mai 2024

(Ottawa) Le nombre de ventes résidentielles en avril a augmenté de 10,1 % par rapport à la même période l’an dernier, selon l’Association canadienne de l’immobilier (ACI). Le nombre de propriétés ayant changé de main a toutefois diminué par rapport au mois de mars, malgré un afflux de nouvelles inscriptions sur le marché.Mis à jour le 15 mai SAMMY

Les locataires sont plus mal pris que les propriétaires
Achat propriétéHypothèqueImmobilierNouvelles
Les locataires sont plus mal pris que les propriétaires
13 mai 2024

La hausse rapide des taux d’intérêt a fait craindre le pire pour les détenteurs de prêts hypothécaires. Mais ce sont les ménages sans emprunt hypothécaire qui montrent le plus de signes de détresse financière, révèle le Rapport sur la stabilité financière publié jeudi par la Banque du Canada. Son gouverneur, Tiff Macklem, a répondu à nos questions.Mis

Laissez-nous un commentaire