Non classé

ROUYN-NORANDA | Des investisseurs d’origine chinoise veulent acheter des terres agricoles à 700 kilomètres au nord de Montréal afin d’exporter de la luzerne séchée par bateau en Chine.

L’entreprise Mapleville, dont les dirigeants sont des Chinois d’origine, a déjà signé des promesses d’achat visant 3300 acres de terres avec quatre agriculteurs du Témiscamingue, une région dévitalisée qui compte 15 000 habitants sur un territoire grand comme le Koweït.

Ils sont attirés par des terres environ 15 fois moins dispendieuses qu’en Montérégie. Ils ont l’intention d’engager une entreprise québécoise pour cultiver les terres. Leur production serait ensuite séchée et envoyée en Chine par bateau.

Depuis de nombreuses années, le monde agricole est inquiet de l’arrivée d’entreprises chinoises dans l’agriculture québécoise. Toutefois, selon nos informations, c’est la première fois qu’une démarche d’achat est aussi avancée.

À l’automne, Le Journal révélait que des investisseurs chinois avaient acquis le quart des maisons les plus luxueuses en vente à Montréal. Les investisseurs chinois sont également très actifs dans le développement du Plan Nord, mais l’un des investisseurs qui a injecté 100 M$ dans des projets miniers fait face à des accusations de corruption en Chine.

Other articles that may interest you
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
Non classé
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
2024, january 27

Publié le 24/01/2024 à 14:30 Les Affaires L’immobilier simplifié Malik Yacoubi EXPERT INVITÉ. Entre l’inflation carabinée et la hausse du taux directeur (et donc des taux d’emprunt) qui s’en est suivie, la marge de manœuvre financière de nombreux ménages a été grandement affectée au cours de la dernière année. Tout coûte plus cher, les salaires suivent

Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
Non classéNouvelles
Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
2020, october 01

Malgré la COVID-19, les prix des maisons de luxe ont bondi depuis le début de la pandémie à Montréal, davantage qu’à Toronto et Vancouver, selon une étude de Royal LePage publiée mardi.  En comparant le prix médian du 15 mars au 9 septembre de cette année par rapport à l’an dernier, la firme immobilière a

Leave a comment