Non classé

Un lecteur aimerait savoir si les profits de 100 000 $ vus à la télé américaine en FLIP sont possibles au Québec?

D’abord, qu’est-ce qu’un FLIP? C’est une expression utilisée principalement aux É.-U. désignant l’achat à bas prix et la revente rapide d’un immeuble. Plusieurs croient que pour réaliser un FLIP, il faut nécessairement effectuer des rénovations, ce qui s’avère faux. Le but est d’acheter et de revendre le plus vite possible.

Lors des émissions américaines, on voit fréquemment des maisons achetées pour 40 000 $ et revendues 250 000 $. L’intérieur de la maison a été refait entièrement réalisant souvent des profits d’environ 100 000 $. Les téléspectateurs en ont l’eau à la bouche voyant cette facilité déconcertante. Maintenant, bon nombre au Québec se lance en rénovation de maisons espérant trouver le Klondike.

La réalité diffère: les investisseurs ne prennent guère le temps de bien calculer le rendement et de faire leur devoir, bref, ils perdent de l’argent ou en génèrent très peu. La réalité québécoise est que les maisons ne se vendent pas 40 000 $ ici ! On a beau analyser les reprises bancaires, elles sont souvent trop chères, se vendant au prix des rénovées mais ne le sont pas.

Est-ce possible de bénéficier de 100 000 $ et 150 000 $ sur un FLIP au Québec?

Other articles that may interest you
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
Non classé
Scénarios en vue de la baisse (espérée) des taux
2024, january 27

Publié le 24/01/2024 à 14:30 Les Affaires L’immobilier simplifié Malik Yacoubi EXPERT INVITÉ. Entre l’inflation carabinée et la hausse du taux directeur (et donc des taux d’emprunt) qui s’en est suivie, la marge de manœuvre financière de nombreux ménages a été grandement affectée au cours de la dernière année. Tout coûte plus cher, les salaires suivent

Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
Non classéNouvelles
Montréal : le prix des maisons de luxe continue de grimper
2020, october 01

Malgré la COVID-19, les prix des maisons de luxe ont bondi depuis le début de la pandémie à Montréal, davantage qu’à Toronto et Vancouver, selon une étude de Royal LePage publiée mardi.  En comparant le prix médian du 15 mars au 9 septembre de cette année par rapport à l’an dernier, la firme immobilière a

Leave a comment