By ERYCK VÉZIAU COURTIER IMMOBILIER LAVAL,COURTIER IMMOBILIER STE-DOROTHÉE,MAISON À VENDRE LAVAL,AGENT IMMOBILIER STE-DOROTHÉE
Achat propriétéHypothèqueImmobilierNouvellesVente propriété

Le loyer moyen d’un appartement pourrait croître d’encore 27% d’ici trois ans dans la région de Montréal.

MARTIN JOLICOEUR

Jeudi, 4 avril 2024 14:14

MISE À JOUR Jeudi, 4 avril 2024 14:14

Une éventuelle baisse des taux d’intérêt et une lente reprise de la construction en 2024 ne parviendront pas à faire baisser les prix – bien au contraire –, tant dans le marché de la location que celui de l’achat, prévient la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Dans son plus récent rapport prévisionnel, publié jeudi matin, la SCHL indique que la remontée espérée des mises en chantier dans la grande région de Montréal restera largement insuffisante pour répondre, entre autres, à la rapide croissance de la demande de logements.

Tension et forte hausse des loyers

En conséquence, loin de s’améliorer, le marché locatif demeurera plus que jamais sous tension avec des taux d’inoccupation qui atteindront de nouveaux planchers, et des hausses du loyer qui atteindront de nouveaux records.

En 2024, la SCHL prévoit que le loyer moyen d’un appartement de deux chambres (un 4 et demi) dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, croîtra de 8,5% pour s’établir à 1190$ par mois (comparativement à 1096$ en 2023).

Mais comme le taux d’inoccupation continuera de diminuer entre-temps, l’organisme fédéral prévient que quoi qu’il arrive sur le front des taux d’intérêt et de la construction, cette croissance des loyers devrait se poursuivre de plus belle par la suite. Ainsi, le loyer moyen atteindrait 1290$ par mois en 2025 et 1390$ par mois en 2026.

Comparativement à l’an dernier (1096$ par mois), on parle donc d’une croissance du loyer moyen en trois ans (2023 à 2026) de 294$ par mois (ou 3528$ par année), soit l’équivalent de 27% en trois ans dans la grande région de Montréal, incluant les Basses-Laurentides et une bonne part de la Montérégie.

Pas de recul non plus pour les maisons et condos

Malgré une très légère reprise de la construction résidentielle en 2024 et un regain d’activité dans le marché de la revente, la SCHL ne prévoit pas non plus de recul des prix pour les aspirants propriétaires de la région de Montréal, qu’ils s’intéressent à une maison individuelle ou à un appartement en copropriété.

Après avoir connu une hausse d’un peu plus de 50% durant la période de 2019 à 2022, le prix moyen des résidences unifamiliales n’a fléchi que de 2% en 2023, explique la SCHL.

Tout indique que la baisse anticipée des taux d’intérêt, dans un marché où la construction de maisons neuves demeure rare, aura pour effet de stimuler la demande à l’avantage des vendeurs.

En 2023, le prix moyen d’une propriété s’établissait à 600 501$. En 2024, la SCHL prévoit qu’il variera entre 606 200$ et 637 900$.

LIRE L’ARTICLE ORIGINAL

Other articles that may interest you
Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
Achat propriétéImmobilierNouvellesVente propriété
Les ventes résidentielles en hausse de 10 % en avril
2024, may 18

(Ottawa) Le nombre de ventes résidentielles en avril a augmenté de 10,1 % par rapport à la même période l’an dernier, selon l’Association canadienne de l’immobilier (ACI). Le nombre de propriétés ayant changé de main a toutefois diminué par rapport au mois de mars, malgré un afflux de nouvelles inscriptions sur le marché.Mis à jour le 15 mai SAMMY

Les locataires sont plus mal pris que les propriétaires
Achat propriétéHypothèqueImmobilierNouvelles
Les locataires sont plus mal pris que les propriétaires
2024, may 13

La hausse rapide des taux d’intérêt a fait craindre le pire pour les détenteurs de prêts hypothécaires. Mais ce sont les ménages sans emprunt hypothécaire qui montrent le plus de signes de détresse financière, révèle le Rapport sur la stabilité financière publié jeudi par la Banque du Canada. Son gouverneur, Tiff Macklem, a répondu à nos questions.Mis

Leave a comment