La stratégie semblait sans faille. Locataire à Montréal, Joëlle achèterait un chalet qu'elle mettrait en location à temps partiel pour réduire les coûts. Mais un détail lui avait échappé...

LE PROBLÈME

Bonne nouvelle, Joëlle va bien. « Je suis une heureuse monoparentale de trois enfants, maintenant jeunes adultes, nous annonce-t-elle. Je suis seule en appartement à Montréal et à l'emploi de la fonction publique fédérale depuis huit ans, donc avec fonds de pension. »

Tout semblait dans l'ordre, donc, jusqu'à ce qu'elle achète un chalet en Mauricie, il y a trois ans.

Elle voulait ainsi investir en immobilier, « avec l'objectif de le louer au minimum 30 % du temps pour amortir les coûts et avoir un lieu de paix pour me sauver, durant l'été, de la chaleur des hauts de duplex ».

Elle constituerait du même coup un actif d'appoint pour la retraite.

« J'ai peur de rester locataire et de devoir y passer toutes mes économies dans 20 ans, explique-t-elle. Qui sait combien ça nous coûtera pour nous loger en appartement ? »

Par
Laissez-nous un commentaire