L’hiver constitue la saison idéale pour détecter la présence de radon dans les maisons. C’est en effet à ce moment que ce gaz présente des taux plus élevés.

Inodore et incolore, le radon provient du sol. À l’air libre, ce gaz radioactif se révèle sans danger; il en va autrement en milieu fermé, où l’intrus peut s’accumuler. Le radon devient alors nocif : on lui attribue en moyenne 16 % des quelque 7 300 cancers du poumon qui seront détectés au Québec cette année.

Par

Laissez-nous un commentaire