L'accès à la propriété est devenu plus facile au Québec au cours du premier trimestre de 2015, à l'inverse de la tendance négative au Canada.

Selon un l'Indice d'abordabilité Desjardins, publié mercredi matin, l'accessibilité est en hausse à 138,2 points dans la Belle Province. Il est à son plus haut niveau depuis le premier trimestre de 2011.

Les régions de Montréal, Québec, Saguenay et Gatineau ont effectué des progrès avec la stabilité des prix. Trois-Rivières et Sherbrooke sont devenus un peu moins abordables.

Dans l'ensemble du Canada, il est en baisse à 116,9 point, un troisième recul trimestriel de suite. Seule une baisse des taux d'intérêt hypothécaires a empêché une détérioration plus importante de se produire.

Les revenus après impôt des ménages canadiens étaient en faible hausse, ce qui restreint leur capacité d'acheter.

«La faiblesse persistante des taux hypothécaires et l’amélioration du marché du travail québécois devraient redonner un peu de vigueur aux transactions, avance l'économiste Chantal Routhier. Comme l’offre de résidences demeure supérieure à la demande, l’évolution du prix de vente restera contenue au cours des prochains trimestres.»

En Ontario, le marché est en légère pénurie en raison de la vigueur de l'immobilier Torontois.

Par
Laissez-nous un commentaire