Sans tambour ni trompette, le gouvernement du Québec a imposé par décret, cet été, une nouvelle délimitation des zones inondables à Laval. Du coup, les propriétaires d'au moins 700 résidences voient la valeur de leur maison chuter et leur capacité à assurer leur bien, réduite.

« Ça peut jouer sur la valeur foncière de la propriété. Ça peut amener aussi, sur le plan de l’assurabilité, des questionnements de la part des compagnies d’assurance [...] qui sont plus chatouilleuses », a affirmé à La Presse Normand Boulianne, chef de service de l’aménagement du territoire et des eaux souterraines au ministère de l’Environnement.

L’équipe de M. Boulianne est responsable de la détermination des zones inondables au Québec. Ses collègues et lui ont recommandé au ministre de l’Environnement, Yves-François Blanchet, d’agir par décret après huit ans de discussions infructueuses avec la Ville de Laval. « Nos experts nous ont dit : ça suffit », a expliqué M. Boulianne, en précisant que le contexte politique n’est qu’un « concours de circonstances ».

Par

Laissez-nous un commentaire