CTV NEWS

Rachel Lau

Publié le 12 février 2024 à 12:19

Ce texte est une traduction d’un article de CTV News.

Les taux d’intérêt peuvent toujours être très élevés, mais selon certains agents immobiliers de Montréal, vous devriez envisager d’acheter ou de vendre votre maison dès maintenant.

«Je dirais définitivement que si vous êtes prêt à acheter, c’est vraiment le bon moment», a déclaré Sarah Kaplan, courtière immobilière chez Engel & Völkers.

«Travailler avec des acheteurs en 2020, 2021 a été extrêmement stressant, avec beaucoup d’offres multiples. Ce n’est pas amusant pour les acheteurs. Donc, si vous êtes sur le marché pour acheter, c’est vraiment le bon moment avant que les choses ne prennent une autre tournure.»

Firas Trabulsi, agent immobilier chez RE/MAX, ajoute qu’il y a toujours des avantages et des inconvénients à acheter ou à vendre à tout moment donné, que ce soit des taux d’intérêt élevés et des prix de maison plus bas, ou des taux en baisse et des prix plus élevés.

«J’ai eu quelques acheteurs, peut-être six, qui n’avaient pas vraiment prévu d’acheter cette année, mais ils étaient vraiment inquiets que nous retournions aux guerres d’enchères et tout ça», a-t-il raconté à CTV News.

Les taux d’intérêt se stabilisent

Les taux d’intérêt ont explosé en 2023, mais les experts prédisent qu’ils devraient commencer à baisser en 2024.

«Sécurisez la propriété qui convient à votre famille au taux d’intérêt actuel, puis envisagez peut-être de souscrire un prêt hypothécaire à terme plus court», avance Tamar Chujunian, courtière immobilière chez Engel & Völkers.

«Lorsque viendra le moment de renouveler, vous bénéficierez de ces taux projetés plus bas à l’avenir.»

Elle donne un exemple: au lieu de prendre un prêt hypothécaire à taux fixe sur cinq ans (où le taux d’intérêt est verrouillé) ou un prêt hypothécaire à taux variable sur cinq ans (où le taux d’intérêt fluctue avec le marché), un acheteur pourrait opter pour un terme de deux ans et renouveler une fois que les taux seront plus bas.

Trabulsi note qu’il voit déjà les premiers signes de personnes prêtes à inonder le marché une fois que les taux baisseront.

«Certains d’entre eux [les acheteurs] prennent déjà des mesures dès maintenant: nous voulons acheter maintenant avant que le taux d’intérêt ne baisse», dit-il à CTV News.

«Ils craignent qu’une fois que nous aurons le premier ajustement du taux d’intérêt, de nombreux acheteurs se précipiteront sur le marché et nous retournerons à un marché favorable aux vendeurs.»

La fin des offres multiples?

«Ce n’est pas aussi compétitif, explique Kaplan. Ce n’est pas aussi compétitif que ce que ça pourrait être dans la deuxième moitié de 2024 lorsque les taux d’intérêt commencent vraiment à baisser de plus en plus, ce qui est quelque chose qui a été projeté par les courtiers en hypothèques avec lesquels nous avons parlé.»

L’avantage d’acheter maintenant? Kaplan dit que les gens ne seront pas en concurrence dans une situation d’offres multiples.

«Vous pouvez vraiment trouver la propriété que vous voulez, vous pouvez même négocier le prix, ce qui est quelque chose que vous ne pourrez peut-être pas faire à l’avenir», soutient Kaplan.

«Nous avons vu cette tendance auparavant, en 2020, 2021, où il y a beaucoup de situations d’offres multiples et beaucoup plus de concurrence.»

Trabulsi est d’accord, se souvenant d’une propriété qu’il a vendue à 250 000 dollars de plus que le prix demandé.

«J’avais des acheteurs qui étaient désespérés d’acheter, alors ils étaient prêts à faire des offres folles», se rappelle-t-il.

«Les prix sont un peu plus bas que l’année dernière, les négociations sont de retour. J’ai eu quelques transactions le mois dernier où nous avons pu négocier 30 000 à 40 000 $ sur le prix demandé.»

C’est une bonne nouvelle pour les acheteurs — mais pas vraiment pour les vendeurs.

«Les vendeurs, en ce moment, quand je les rencontre et prépare l’évaluation de la propriété et que c’est comme 50 000 dollars de moins que ce que leur voisin a vendu l’année dernière, ils ne sont clairement pas contents, dit-il. Ils s’attendaient à 800 000 dollars, et je leur dis, “vous avez de la chance si vous obtenez 750 000 $”.»

Un marché plus équilibré

Le terme que les agents immobiliers utilisent pour décrire 2024 en ce moment est «équilibré» — c’est-à-dire ni un marché de vendeurs ni un marché d’acheteurs.

«Je pense que nous allons vers un marché plus équilibré», a déclaré Trabulsi.

«Le marché est toujours très actif… Si, dans les mois à venir ou dans l’année à venir, nous avons beaucoup d’inventaires qui arrivent sur le marché, je pense que nous nous retrouverons dans un marché d’acheteurs, ce qui signifie que les prix augmenteront, et les négociations seront aussi plus agressives.»

Les agents notent que l’une des plus grandes préoccupations des acheteurs et des vendeurs reste les taux d’intérêt.

C’est une bonne nouvelle pour les acheteurs — mais pas vraiment pour les vendeurs.

«Les vendeurs, en ce moment, quand je les rencontre et prépare l’évaluation de la propriété et que c’est comme 50 000 dollars de moins que ce que leur voisin a vendu l’année dernière, ils ne sont clairement pas contents, dit-il. Ils s’attendaient à 800 000 dollars, et je leur dis, “vous avez de la chance si vous obtenez 750 000 $”.»

Un marché plus équilibré

Le terme que les agents immobiliers utilisent pour décrire 2024 en ce moment est «équilibré» — c’est-à-dire ni un marché de vendeurs ni un marché d’acheteurs.

«Je pense que nous allons vers un marché plus équilibré», a déclaré Trabulsi.

«Le marché est toujours très actif… Si, dans les mois à venir ou dans l’année à venir, nous avons beaucoup d’inventaires qui arrivent sur le marché, je pense que nous nous retrouverons dans un marché d’acheteurs, ce qui signifie que les prix augmenteront, et les négociations seront aussi plus agressives.»

Les agents notent que l’une des plus grandes préoccupations des acheteurs et des vendeurs reste les taux d’intérêt.

«Je pense qu’il y a une grande préoccupation concernant les taux d’intérêt, ce qui a été un thème au cours des dernières années, a déclaré Kaplan. Je pense qu’un grand nombre d’acheteurs hésitaient en 2023 à entrer sur le marché parce qu’ils n’étaient pas sûrs que les taux d’intérêt allaient continuer à augmenter ou non.»

Elle dit voir cette hésitation disparaître maintenant que les choses semblent se stabiliser.

«C’est la même chose pour les vendeurs. Ils étaient peut-être plus hésitants en 2023 à mettre leur propriété en vente parce que les taux d’intérêt étaient beaucoup plus élevés et les acheteurs n’étaient pas en mesure de se permettre ce qu’ils pouvaient se permettre en 2021 et 2020», a ajouté Kaplan.

«Maintenant, avec la baisse des taux d’intérêt, les vendeurs sont plus enclins à mettre des propriétés sur le marché, ce que nous avons même remarqué le premier mois de 2024 — beaucoup plus de propriétés mises sur le marché. Les vendeurs peuvent obtenir les prix qu’ils veulent.»

De retour en ville

Une tendance que les agents constatent est un retour des personnes qui ont déménagé vers les banlieues et au-delà pendant la pandémie de COVID-19 et qui reviennent maintenant en centre-ville.

«C’est un phénomène assez amusant que nous observons, les gens reviennent vers le centre-ville, a déclaré Chujunian. Le Plateau a toujours été très populaire. Il attire de nombreux types de personnes: des familles, des professionnels ; il offre beaucoup en tant que quartier. Le Sud-Ouest est toujours en plein essor.»

Trabulsi dit que ce mouvement est largement dû au rappel des travailleurs au bureau.

«Conduire une heure, une heure et demie pour se rendre au centre-ville de Montréal, eh bien, on y réfléchit à deux fois» a-t-il dit.

Retour à la réalité

Selon le Baromètre résidentiel de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), les ventes de maisons ont baissé de 13 % en 2023 dans toute la province par rapport à 2022.

À Montréal, cette baisse était de 14 % malgré une augmentation de 28 % du nombre d’inscriptions actives.

Cependant, en janvier 2024, les ventes résidentielles ont augmenté de 18 % à Montréal par rapport à la même période l’année dernière, bien que cela reste inférieur à la moyenne historique.

«La performance solide des ventes en début d’année s’explique essentiellement par des perspectives plus encourageantes concernant les taux d’intérêt», explique Charles Brant, directeur de l’analyse de marché de l’APCIQ.

«Depuis fin 2023, les économistes s’accordent à dire que le cycle haussier des taux d’intérêt est derrière nous et qu’un processus inverse devrait commencer en 2024.»

Les endroits les plus populaires où les gens ont acheté en janvier? La Rive-Sud, avec 541 transactions, a enregistré une augmentation de 36% par rapport à janvier de l’année dernière.

La Rive-Nord (519 ventes), Laval (200 ventes) et Saint-Jean-sur-Richelieu (58 ventes) ont suivi avec des augmentations de 19 %, 18 % et 14 % respectivement.

L’île de Montréal (679 ventes) et Vaudreuil-Soulanges (80 ventes) ont enregistré des augmentations de huit pour cent et un pour cent.

L’APCIQ note également une augmentation significative des inscriptions actives, en hausse de 16% par rapport à l’année précédente dans toutes les catégories de propriétés.

Le délai de vente moyen pour les condominiums était de 77 jours, tandis qu’il était de 65 jours pour les maisons unifamiliales.

Contrairement à la moyenne générale de 2023, où le prix médian d’une maison a baissé de deux pour cent pour les maisons unifamiliales et de 1% pour les condos, janvier a montré une augmentation des prix.

Cela représente cinq pour cent pour les condominiums, sept pour cent pour les maisons unifamiliales et sept pour cent pour les plex par rapport à la même période l’année dernière.

VOIR L’ARTICLE

Autres articles pouvant vous intéresser
Acheter et vendre votre maison en même temps: est-ce réalisable?
Achat propriétéImmobilierVente propriété
Acheter et vendre votre maison en même temps: est-ce réalisable?
5 juillet 2024

GHISLAIN LAROCHELLE Mercredi, 3 juillet 2024 19:00 MISE À JOUR Mercredi, 3 juillet 2024 19:00 Acheter et vendre une maison simultanément ou en cascade peut sembler être un défi de taille. Cependant, avec une bonne planification et les bons outils, votre projet pourra se réaliser sans trop de difficultés. Avant de se lancer, il est crucial

(Ottawa) Le Conseil de direction de la Banque du Canada...
Achat propriétéHypothèqueImmobilierNouvelles
(Ottawa) Le Conseil de direction de la Banque du Canada...
23 juin 2024

Publié le 19 juin NOJOUD AL MALLEES La Presse Canadienne Le résumé détaille les discussions entre le gouverneur Tiff Macklem et ses adjoints dans la perspective de l’annonce de politique monétaire du 5 juin, au cours de laquelle la banque centrale a abaissé son taux directeur. «  étaient conscients du risque que les progrès stagnent –

L’effet de richesse de l’immobilier résidentiel
Achat propriétéAstuceImmobilier
L’effet de richesse de l’immobilier résidentiel
17 juin 2024

Publié le 12/06/2024 à 09:00 «Pour la plupart des familles, une maison est le plus gros achat de leur vie et leur bien le plus précieux. C’est dans le secteur du logement que de nombreux ménages ont fait, ou feront, leur plus gros investissement. Par conséquent, les prix que les familles paient pour ce logement

Laissez-nous un commentaire