(Québec) Cet hiver, les journées froides sont entrecoupées de périodes de redoux. La valse du gel-dégel ne devrait pas causer de problèmes aux propriétaires de maisons bien construites et bien entretenues. Mais, dans le cas inverse, des imprévus peuvent effectivement survenir, prévient Henri Bouchard.

«Un bon entretien est la clé du succès avec sa maison», résume le directeur du service technique à la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec. Si les murs de fondation ne sont pas en bon état, il y a des risques d'infiltrations d'eau.

M. Bouchard indique qu'en hiver, le sol gelé n'a pas la même capacité d'absorption qu'en été. «Ce qui fait qu'il y a plus d'eau le long du bâtiment. Quand elle regèle, ça peut créer une pression entre le mur de fondation et le sol. Alors si le mur est en moins bon état, ça peut agrandir encore plus les fissures.»

Il faudra ouvrir l'oeil les prochains mois. Mais avec les sous-sols finis, on ne voit pas toujours le béton, ce qui complique l'examen, poursuit M. Bouchard. «On peut toujours regarder dans le bas des murs s'il y a de l'humidité, si la couleur a changé, si c'est plus gris. Parfois, il y a apparition de champignons et la qualité de l'air est mise en danger.»

À surveiller

Parmi les éléments à surveiller en période de redoux, M. Bouchard pointe la pompe de la fosse de retenue (sump pump) qui évacue les eaux du drain français. «Elle peut être sollicitée plus qu'à l'ordinaire lors d'un dégel accompagné de pluie.»

Par
Laissez-nous un commentaire